LES OUVRAGES ET INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES DANS LES IMMEUBLES ET LEURS DÉPENDANCES

Présentation de l’article :

  • Terminologie,
  • L’électricité chez les particuliers de 1870-1889
  • 1889-1907 Les débuts de la distribution réglementée de l’électricité aux particuliers (secteurs),
  • 1907-1913  La distribution de l’électricité aux particuliers par l’Union des secteurs,
  • 1913-1946 La Distribution par la C.P.D.E,
  • 1946-2007 La distribution par EDF
  • 2008-202x ERDF, ENEDIS
  • Les branchements individuels : constitution, matériels, coût, exploitation, propriété,….
  • Les Branchements collectifs : constitution, matériels, coût, exploitation, propriété,…..
  • La Loi Allen

Avant d’aborder les ouvrages et installations électriques dans les immeubles et leurs dépendances, quelques informations préliminaires pour préciser les choses.

Les ouvrages et installations électriques dans les immeubles et leurs dépendances font partie de la chaîne de distribution de l’énergie électrique, c’est aussi le dernier maillon entre le fournisseur de courant et l’installation intérieure du particulier.

Toutes les parties de ces ouvrages et installations sont clairement identifiées et les règles d’installation, de modification et de maintenance sont contenus dans les normes NF C 14-100 (branchement) et NF C 15-100 (installation intérieure). A Paris, des arrêtés préfectoraux fixent également des règles complémentaires propres à la Capitale.

La norme NF C 15-100 est apparue…………………….. afin de réglementer les installations électriques situées à l’intérieur des habitations, locaux commerciaux, services généraux d’immeubles, etc…

x éditions avec les dates

Depuis son apparition en 1950, la Norme NF C 14-100 a connu également plusieurs éditions (1964, 1971, 1984, 1996) elle a reçu divers additifs pour compléter ou préciser certains articles ou pour adapter la norme aux évolutions techniques et technologiques. La dernière édition date de Février 2008 enrichie de l’avenant A1 de mars 2011.

Pour présenter les ouvrages et installations électriques dans les immeubles et leurs dépendances, il est fait référence à l’édition de 1984 qui concerne un grand nombre de colonnes montantes actuellement en service à Paris et dans les grandes villes.

Avant d’aborder l’historique de ces ouvrages dans le chapitre suivant,  nous allons voir la terminologie technique appliquée à ces ouvrages et installations.

Image ci-dessus à remplacer par fichier pdf

Pour accéder à l’énergie électrique à partir d’un réseau de distribution de première catégorie il est nécessaire de disposer d’un branchement.

Le schéma et les quelques lignes qui suivent permettront à tous d’employer les bons termes :

INSTALLATION DE BRANCHEMENT DE PREMIÈRE CATÉGORIE

Comprises entre le réseau de distribution et l’origine des installations intérieures.

Extrait de la Norme NF C 14 – 100 de février 1984

(schéma ci-dessus)

1.- GÉNÉRALITÉS

1.1 – Domaine d’application

1.1.1.- Les présentes règles sont applicables aux installations de branchement de première catégorie comprises entre le réseau de distribution d’énergie électrique et l’origine des installations intérieures d’abonnés.

Note : La première catégorie comprend les ouvrages pour lesquels la valeur nominale de la tension ne dépasse pas 1 000 volts en courant alternatif.

2.- TERMINOLOGIE

2.1. – Classification

2.1.2. – Le branchement est individuel ou collectif suivant qu’il est appelé à desservir une ou plusieurs installations intérieures.

2.1.3.- Le branchement individuel se compose de :

  • La liaison au réseau ;
  • La dérivation individuelle.
  • Appareils de contrôle, de commande et de protection.

2.1.4. – Le branchement collectif peut se subdiviser en plusieurs parties :

  • Canalisations collectives ;
  • Dérivations individuelles
  • Appareils de contrôle, de commande et de protection.

Les canalisations collectives peuvent se présenter sous la forme de :

  • Liaison au réseau ;
  • Tronçons communs ;
  • Colonnes.

2.2. – Définitions

Il est convenu d’attribuer la signification suivante aux termes ci-après :

Branchement. – Le branchement est considéré comme étant constitué par les canalisations de première catégorie (1) qui ont pour objet d’amener le courant du réseau à l’intérieur des propriétés desservies.

Il est limité à l’amont au plus proche support aérien du réseau en conducteurs nus ou au système de dérivation ou de raccordement pour les réseaux en conducteurs isolés.

L’appareillage de raccordement au réseau fait partie du branchement.

Il est limité à l’aval par l’origine de l’installation intérieure.

(1) La classification des ouvrages en catégories est basée sur la valeur nominale de la tension (en valeur efficace pour le courant alternatif).

Jusqu’en 1925, la première catégorie comprenait les ouvrages jusqu’à 600 volts en courant continu et seulement 150 volts en courant alternatif.

Depuis, la première catégorie comprend en particulier les ouvrages pour lesquels la valeur nominale de la tension ne dépasse pas 1000 volts en courant alternatif.

Réseau (a). – Pour l’application des présentes règles, le réseau est considéré comme étant constitué par des canalisations de première catégorie pouvant être :

  • La canalisation de distribution publique,
  • La canalisation distribuant l’énergie électrique à l’intérieur des lotissements ou groupes d’habitation,
  • Le jeu de barre du poste de transformation dans le cas d’un transformateur d’immeuble.

Liaison au réseau (b). – Partie de canalisation collective ou individuelle reliant le réseau au premier appareil de raccordement ou de protection situé sur le parcours du branchement.

Canalisation collective. – Partie simple ou complexe de branchement desservant plusieurs dérivations individuelles.

Tronçon commun (c). – Partie de canalisation collective issue de la liaison au réseau et desservant ou réunissant des colonnes ou des dérivations individuelles.

Colonne (d). – Partie de canalisation collective, généralement verticale, alimentant des dérivations individuelles, l’origine de la colonne, dite pied de colonne, étant matérialisé par des coupe-circuit à fusibles.

Dérivation individuelle (f). – Canalisation issue d’une liaison au réseau ou d’une canalisation collective et desservant une seule installation intérieure d’abonné. La dérivation individuelle comporte les différents appareils de contrôle, de commande et de protection.

Installation intérieure. – Par installation intérieure, on entend l’ensemble des canalisations et appareils placés chez l’abonné faisant l’objet d’un seul contrat d’abonnement. Son origine se situe aux bornes de sortie de l’appareil général de commande et de protection.

Ainsi, on trouve :

Les parties (b) et (f) constituent un branchement individuel.

Les parties (b), (c), (d) et (f) constituent un branchement collectif.

Les parties (b), (c) et (d) représentent la canalisation collective du branchement

2.2.2. Matériels de branchement.

Coupe-circuit principal collectif (C.C.P.C). – Appareil de protection placé sur une canalisation collective ; cet appareil peut-être un coupe-circuit de pied de colonne.

Coupe-circuit principal individuel (C.C.P.i). – Appareil de protection placé sur une dérivation individuelle.

Distributeur. – Appareil de dérivation, éventuellement de jonction, qui permet de relier entre elles différentes canalisations.

Les distributeurs se subdivisent en :

  • Distributeur sans coupe-circuit, Distributeur Principal d’Immeuble (D.P.I),

Distributeur à coupe-circuit : distributeur dans lequel sont incorporés les coupe-circuit à fusibles protégeant les départs des dérivations individuelles (Distributeur d’Etage). Les premiers apparus dans les années 1930 étaient en tôle (marque Pascarel).

Appareils de contrôle, de commande et de protection. – Ces appareils comprennent, outre le Coupe-Circuit Principal individuel (C.C.P.i) :

  • Les appareils de comptage (compteur, relais de télécommande),
  • Le disjoncteur.

L’ensemble est généralement désigné sous le terme « tableau de contrôle ».

Note : Dans certains cas, la disposition des locaux, les conditions d’occupations des lieux, etc., conduisent à séparer complétement les uns des autres les panneaux de coupe-circuit, de comptage et de commande. C’est le cas des dérivations individuelles où le compteur est placé dans une gaine technique ou un local de comptage et l’Appareil Général de Commande et de Protection chez l’abonné.

La dérivation individuelle s’étend jusqu’aux bornes de sortie de l’appareil général de commande et de protection (appareil posé sur le panneau de commande).

Sur un branchement collectif on trouvera, dans l’ordre le C.C.P.I, le D.P.I, le C.C.P.C, puis ensuite soit le C.C.P.i, soit le Distributeur d’étage et enfin les Appareils de contrôle, de commande et de protection.

Sur un branchement individuel le C.C.P.i puis les Appareils de contrôle, de commande et de protection.

Depuis 1984, la norme NF C 14-100 a été révisée à plusieurs reprises avec un nouveau texte en septembre 1996 puis en février 2008 avec un avenant en mars 2011.

A Paris, la distribution de l’énergie électrique a débuté en 1889 principalement au centre de Paris près des grands boulevards, du boulevard Sébastopol, de l’Opéra Garnier, des Halles où se trouvaient les lieux de rencontres et de festivités (théâtres, salles de spectacles, cercles de jeux, grands magasins, etc…).

Les quatre Sociétés ou Compagnies de la rive droite de la Seine qui avaient eu des permissions de distribuer l’énergie électrique avaient toutes une partie de leur secteurs à cet endroit. Ainsi, les premiers clients n’ont pas été des « particuliers » au sens du terme, mais plutôt ces établissements. Des réseaux ont été développés pour alimenter ces établissements qui avaient déjà pour certains l’éclairage électrique produit sur place par leurs soins. Ces « producteurs autonomes » se sont adressés tout naturellement aux « secteurs » pour se libérer de leurs installations coûteuses et difficiles à gérer.

Une aubaine pour les Compagnies car ces clients leur garantissaient immédiatement d’importants revenus correspondant à leur consommation.

Ces secteurs ont dû également développer des réseaux pour alimenter l’éclairage des bâtiments et l’éclairage public de l’Exposition Universelle de 1889.

Au début, seuls les particuliers qui avaient la chance d’habiter ces quartiers électrifiés en premier pouvaient profiter de l’éclairage électrique dans leur habitation grâce au réseau construit

Pour créer ou étendre un réseau, le particulier devait s’engager pour un temps donné et pour une consommation en rapport direct avec le coût des travaux. Ainsi, pour ……….. (à compléter)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *