LE RÉSEAU À COURANT ALTERNATIF TRIPHASÉ 20 kV

La décision de mettre en place un nouveau réseau triphasé conforme au standard national (et international) pour remplacer les anciens réseaux parisiens a été prise dans les années 60, et le premier poste « EYLAU » était planifié pour apparaître en 1962.

Mais un débat sur la tension de desserte a eu lieu en 1961 : Les études montraient l’avantage technologique et financier du 15 kV par rapport au 20 kV projeté au niveau national prévu pour augmenter la capacité des réseaux moyenne tension aériens. Finalement la tension de 20 kV à été retenue au dernier moment pour se conformer au choix national, ce qui a reporté d’un an la mise en service du poste 63 kV/20 kV EYLAU III.

Des études en liaison avec le Service Transport sont lancées dans les années 1960 afin de définir un nouveau réseau. Les contraintes sont les suivantes :

  • • Alimentation HTB en 220 kV
  • • Réseau HTA triphasé
  • • Tension et puissance de court-circuit normalisées à EDF
  • • Tension BT (à terme 220/380 V)
  • • Réseau maillé BT utilisant le réseau en place.
  •  

Des études en liaison avec le Service Transport sont lancées dans les années 1960 afin de définir un nouveau réseau. Les contraintes sont les suivantes :

  • • Alimentation HTB par radiales souterraines en 220 kV
  • • Postes source uniformes : 1 x 100 MVA à puissance non-garantie (problème de coût et de place avec les cellules 220 kV)
  • • Suppression des sous-stations ou des centres de répartition avec reprise de la charge par les postes encadrants
  • • Réseau HTA constitué d’artères à 6 câbles 20 kV qui entourent le quartier et qui vont de poste à poste (l’artère entre 2 postes sources)
  • • Postes sources et artères disposées selon 3 couronnes.

La structure du réseau HTA en « couronne » permet de faire face à la perte totale d’un poste source et même d’une panne double. Chaque artère comprends 6 câbles et alimente sa zone d’action (raccordement en double dérivation (DD) pour les postes clients et simple dérivation, pour les postes de distribution publique (DP). La puissance de court-circuit est limitée à 250 MVA d’où l’utilisation de réactance avec les transformateurs de 100 MVA.

Les premiers câbles sont posés en 1961 sans jonction (la technologie n’étant pas prête). En 1962, il y a déjà 90 km, 376 jonctions et 52 dérivations. Mise en service du poste source EYLAU en 1963 et mise sous tension des premiers câbles 20 kV (8 défauts). En mars 1963, mise en service du poste source CASTAGNARY, 380 km de câbles et 1 434 jonctions.

LES GRANDES ÉTAPES DU TRANSFERT VERS LE TRIPHASÉ

  • • 1993 : Extinction du réseau monophasé 3 kV. Les anciens secteurs Rive Gauche et Champs-Elysées passent en 20 kV et 230/400 V
  • • 1998 : Extinction du réseau Diphasé, ouverture des derniers départ 12 kV issus de Saint-Ouen. Les magasins du Printemps sont encore alimentés en diphasé par des transfo tri-di 20/12 kV installés dans le poste TURGOT.
  • • 1999 : Démaillage de l’ensemble du réseau triphasé
  • • 2000/2005 : Fin de la construction des postes de coupure : (850 OCR et 1 100 OCRS en sortie de postes sources) pour améliorer la reprise du réseau 20 kV en cas d’incident majeur.

Quelques chiffres à fin 2005 : 

  • • 29 câbles d’alimentation en 225 kV 36 postes sources 225/20 kV (puissance installée 4 320 MW)
  • • Puissance max de 3 260 MW atteinte en 2003
  • • Consommation d’énergie annuelle de 14 000 GWh
  • • 900 départs 20 kV soit 4 983 km de câble HTA
  • • 7 000 postes HTA/BT dont 5 000 DP (puissance installée 4 700 MVA)
  • • 1 600 000 clients BT alimentés